Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés.

Bonne lecture.

Septembre ou Vendémiaire

Pour des millions de nos compatriotes septembre, plus que janvier, est le mois des commencements. Mais malgré les réouvertures de la chasse, des préaux, du cycle végétatif et de l'entreprise, septembre, qui préside à tout, se cache au cœur de l'année civile et s'accommode d'un neuvième rang. Le premier, pour lui, ne serait-il pas plus équitable ? Le 24 novembre 1793 -pardon, le4/rimaire, an II! -, les conventionnels en avaient ainsi décidé.

Pourquoi la Révolution a-t-elle « septembrisé » septembre ? C'est d'abord qu'elle applique à tout le doute méthodique, afin de rejeter ce que n'aura pas légitimé la raison. Or, confronté à la logique, le calendrier grégorien ne vaut pas mieux que les lettres de cachet ou la gabelle. Ses mois ont vingt-huit, vingt-neuf, trente ou trente et un jours. Leur dénomination fleure et l'archaïsme et l'extravagance : est dit septième celui qui arrive en neuvième position[1] et plusieurs qui ne portent pas un faux numéro d'ordre sont consacrés à des divinités - Janus, par [...]

Pour lire la suite (statut: Abonnés uniquement)

L'intégralité de l'article est proposée aux abonnés du magazine papier.

Article verrouillé

  • Si vous êtes abonné, identifiez-vous en haut à droite de la page afin de profiter de cet avantage.
  • Votre numéro d'abonné doit être renseigné au niveau de votre profil.
  • Si vous n'êtes pas encore abonné, abonnez-vous sur www.sophiaboutique.fr
Par Marcel Lidove