Infos

  • Mauvaise foi

  • Négationnisme à la japonaise

    En décembre 1937-janvier 1938, l’armée japonaise a massacré entre 50 000 et 200 000 Chinois à Nankin (cf. L’Histoire n° 326). La Chine vient de verser au Registre de la mémoire du monde de l’Unesco des documents qui en attestent. Pour le gouvernement japonais, qui conteste l’authenticité des documents, « l’incident de Nankin » n’est qu’une péripétie instrumentalisée par la Chine. Et le Japon menace de réduire sa contribution à l’Unesco, dont il fournit aujourd’hui 10 % du budget.

  • Hephaestion finalement ?

    En 2014, les archéologues avaient mis au jour à Amphipolis un colossal tombeau de l’époque d’Alexandre le Grand (cf. L’Histoire n°  409). 
Trois inscriptions ont permis de débusquer le destinataire du monument : Hephaestion, compagnon du conquérant. Sa mort brutale avait dévasté Alexandre qui, l’ayant fait incinérer à Babylone, aurait également commandé cet étonnant mausolée pour perpétuer sa mémoire.

  • René Girard est décédé

    Anthropologue et philosophe, René Girard est décédé. Dans le numéro 290 de L'Histoire consacré aux sacrifices humains, il nous avait accordé une entretien intitulé "Apaiser la colère de Dieu".

  • Hommage à David Cesarani

    L’historien britannique David Cesarani, spécialiste de l’histoire juive contemporaine et de la Shoah, est mort le 25 octobre 2015 à 58 ans. Il était professeur à Royal Holloway, université de Londres. Il était notamment l’auteur de biographies d’Arthur Koestler (1998) et d’Eichmann (2006, traduit chez Tallandier, 2010). Dans L’Histoire, il avait publié « Comment on devient Eichmann » (n° 362, mars 2011).

  • Paxton, Marrus, Vichy et les juifs

    En 1981, les historiens américain et canadien Robert Paxton et Michaël Marrus publiaient Vichy et les Juifs. Un livre qui avait fait date car il mettait en lumière les responsabilités propres à l'État français dans la persécution des juifs de France.
    Trente-quatre ans plus tard, Vichy et les Juifs est réédité chez Calmann-Lévy dans une version revue et augmentée.
    Quelle est la portée de cette synthèse devenue un classique dans le paysage intellectuel d'aujourd'hui ? Éléments de réponse.

  • Les Hominidés vous accueillent au Trocadéro

    Découvrez le musée de l’Homme entièrement rénové et repensé. Où sciences dures et sciences humaines sont réconciliées.

  • Voyage dans les ruines de la Syrie romaine

    Maurice Sartre, spécialiste de la Syrie antique, nous fait découvrir les villages de Sergilla et de Khirbet Hass, deux des sites touchés par les bombardements russes.

     

    (Photos : Maurice Sartre - droits réservés).

    Les ruines de la ville antique de Sergilla, en Syrie
  • Le patrimoine syrien a un nouvel adversaire : les Russes

    La destruction programmée de Palmyre continue. Mais, en parallèle, plus au nord de la Syrie, d'autres destructions ont lieu. Certaines des premières frappes aériennes russes visaient le Massif calcaire, qui renferme de nombreuses ruines antiques, et des ennemis du régime syrien. Maurice Sartre, spécialiste de la Syrie antique, nous fait découvrir les villages de Sergilla et de Khirbet Hass, deux des sites touchés par les bombardements.

  • Snipers romains

    Enfouis depuis 2000 ans dans l’ancien camp romain de Haltern (Allemagne), 81 « glands » de pierre attestent de l’utilisation fréquente de la fronde chez les soldats. Les frondeurs d’élite pouvaient atteindre leur cible à plus de 200 mètres.

  • Mystérieux mégalithes

    Elevés vers 2400 av. J.-C., les immenses blocs de pierre de Marden Henge (Royaume-Uni) dessinent un site circulaire bien plus vaste que celui de Stonehenge.

  • 400 ans de graffitis en Chine

    Une grotte de Dayu (Chine centrale) a révélé des chroniques, gravées entre 1520 et 1920, sur l’impact des sécheresses sur la région. Certains de ces graffitis évoquent des migrations, du cannibalisme ou des mécontentements contre les autorités. Les données géochimiques relevées dans la grotte confirment la véracité des informations gravées. Une source extraordinaire.

  • Un trésor nazi dans un train polonais

    Deux chasseurs de trésors, Andreas Richter et Piotr Koper, affirment avoir localisé dans un tunnel près de Wroclaw (Pologne) un train qu’ils pensent rempli d’or, de pierres précieuses et d’œuvres d’art, qui aurait disparu en mai 1945. Les autorités locales n’ont pas encore donné le feu vert aux recherches. Le train aurait été enseveli par les nazis, et sa position exacte reste à déterminer.

  • La capitale des Arvernes découverte ?

    La présence, sur le haut plateau de Corent (Puy-de-Dôme), de 125 cavités alignées pouvant contenir jusqu’à une tonne de céréales chacune, intrigue les archéologues : les avait-on creusées loin des fermes et du cours de l’Allier en contrebas pour les protéger en cas de siège (Gergovie n’est qu’à 10 km) ? ou le site, une soixantaine d’hectares pour plusieurs milliers d’habitants, avec marché et sanctuaire, était-il la capitale des Arvernes ?

  • +NDXOXCHWDRGHDXORVI+

    Que signifient ces lettres cabalistiques gravées sur la lame d’une épée à double tranchant du XIIIe siècle ? Pour tenter de le savoir, la Bibliothèque nationale du Royaume-Uni où elle est exposée à fait appel aux internautes. A suivre !

  • Une tour rénovée pour la basilique Saint-Denis

    Rénovée et ravalée, la façade de la basilique royale retrouvera-t-elle sa tour Nord, surmontée d’une flèche, déstabilisées par la foudre et une petite tornade et démontées en 1846 ? En culminant à 86 mètres, l’édifice était alors le plus haut d’Ile-de-France. Un projet soutenu par le maire (communiste) et un comité actif, qui aimerait que le chantier, ouvert, permette aux visiteurs et aux professionnels de comprendre comment étaient construites les cathédrales. Mais l’Etat, propriétaire du bâtiment, n’a pas (encore) donné son aval…

  • Manuscrit : Où est le plus vieux Coran du monde ?

    Les deux feuillets d’un très ancien Coran (vers 640) retrouvés à l’université de Birmingham ne sont pas, comme on l’a dit, les plus vieux connus : ces derniers sont à Sanaa, la capitale du Yémen actuellement bombardée, rappelle le chercheur américain Juan Cole.

  • Les Minoens et l’eau

    Une équipe d’archéologues de l’Ecole française d’Athènes en Crète a constaté que, entre la période des premiers palais (détruits vers 1700 av. J-C.) et celle des seconds palais (détruits avant 1450 av. J.-C.), seuls les sites de la montagne dominant Malia avaient été abandonnés au profit des plaines, pourtant moins arrosées. D’après eux, c’est parce que les Minoens auraient alors découvert (ou importé) les moyens d’irriguer les régions basses de l’île, obtenant de meilleurs rendements pour les oliviers, les vignes et les légumineuses. L’hypothèse est confortée par l’intérêt marqué des Minoens de cette époque pour l’hydraulique.

  • Paléontologie : La dent et le pinceau

    En travaillant au pinceau sur un carré de fouilles, deux jeunes bénévoles ont trouvé à Tautavel la dent d’un adulte qui aurait vécu il y a environ 560 000 ans, soit bien avant le célèbre homme de Tautavel (450 000 ans). Les paléoanthropologues espèrent mieux connaître peu à peu l’Homo Heidelbergensis, ancêtre de Néandertal, et notamment découvrir s’il était européen ou également présent en Afrique.

  • Colons anglais de Virginie

    Découverts fin 2013 près du chœur de la plus ancienne église protestante des Etats-Unis, à Jamestown, trois des quatre colons sont morts de maladie, et le dernier fut tué par les Indiens, tous au tout début du XVIIe siècle. Le dernier, le capitaine William West, n’avait que 24 ans. Les autres, le révérend Robert Hunt, le capitaine Gabriel Archer et Sir Ferdinando Wainman, avaient entre 34 et 39 ans, un âge « normal » pour des colons qui dépassaient rarement 40 ans. Leur condition témoigne en tout cas de leur importance sociale.