Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés.

Bonne lecture.

Alain Decaux raconte

Il a découvert Alexandre Dumas, alors qu'il était enfant, juste avant la Seconde Guerre mondiale. Il a décidé de se consacrer à l'histoire et de la rendre populaire. Ancien ministre, auteur à succès et homme de télévision, Alain Decaux est aujourd'hui comblé d'honneurs et de gloire. L'un de ses plus vifs regrets reste de n'avoir pu prononcer, comme il devait le faire, le discours de réception de François Furet a 1 Académie française.

C'est fini. Depuis le 13 décembre 1997, Alain Decaux n'anime plus à France-Inter La Tribune de l'histoire - une émission qui figurait parmi les championnes de longévité. Elle avait commencé au mois d'octobre 1951 sur les antennes du « Programme parisien ». Alain Decaux était alors âgé de vingt-six ans. Jeune auteur d'un Louis XVII retrouvé (1947) et d'une Letizia, mère de l'Empereur (1949), il tenait, chaque samedi, sa chronique à Paris-Presse : Les Actualités de la petite histoire. Mais ce public, déjà vaste, ne lui suffisait pas.

Fou de radio [...]

Pour lire la suite (statut: Abonnés uniquement)

L'intégralité de l'article est proposée aux abonnés du magazine papier.

Article verrouillé

  • Si vous êtes abonné, identifiez-vous en haut à droite de la page afin de profiter de cet avantage.
  • Votre numéro d'abonné doit être renseigné au niveau de votre profil.
  • Si vous n'êtes pas encore abonné, abonnez-vous sur www.sophiaboutique.fr
Par Jean-Maurice de Montremy