Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés.

Bonne lecture.

L'Allemagne a son héros

Après Le Labyrinthe du silence, un biopic sur le procureur allemand Fritz Bauer.

Comme le titre du film l'indique : Fritz Bauer est en train de devenir non seulement « un » héros allemand, mais « le » principal héros de la mémoire allemande. Sorte de tardive justice posthume.

Après Le Labyrinthe du silence, de Giulio Ricciarelli, sorti en 2015, qui soulignait le travail de la petite équipe du procureur Fritz Bauer dans la préparation des procès de Francfort contre 21 anciens membres de la garnison SS d'Auschwitz à partir de 1963, voici ce biopic centré sur une affaire antérieure et parallèle : la traque d'Adolf Eichmann, caché en Argentine, par Fritz Bauer. Conscient de l'infiltration de l'administration allemande par les anciens nazis, le procureur général du Land de Hesse préfère « trahir » son pays et confier ses informations au Mossad israélien, tout en brouillant les pistes et affirmant que les recherches se concentrent sur le Koweït. Le 11 mai 1960, Eichmann est arrêté et enlevé à Buenos Aires par un commando des services secrets israéliens.

Il ne manque plus désormais, sur les écrans français, que le film qui a relancé l'intérêt pour Bauer, le documentaire de Ilona Ziok Fritz Bauer, Tod auf Raten (Mort par acomptes), présenté en 2010 à la Berlinale, enquêtant à partir de la mort brutale et inexpliquée du procureur, le 30 juin 1968, retrouvé dans sa baignoire à 64 ans. Le film, à partir d'entretiens, retrace cette vie, de la jeunesse du Juif souabe à son engagement socialiste, de son arrestation par la Gestapo à son exil au Danemark. Mais, aussi, son combat contre l'oubli prôné par le chancelier Adenauer, qui permet à des milliers d'anciens nazis de travailler sans ennui en RFA.

Percer le mur du silence

Le film de Lars Kraume reconstitue avec précision cette période du milieu des années 1950 où Bauer doit encore lutter solitairement, venant d'arriver à Francfort dans un climat d'hostilité et de suspicion : il profite alors de son savoir-faire médiatique pour multiplier tribunes, manifestes et émissions de télévision afin de faire connaître sa cause et de percer le mur du silence que continue pourtant de lui opposer la bonne société germanique. En ce sens, la performance de l'acteur Burghart Klaussner est sensationnelle, redonnant vie à une personnalité hors du commun que l'Allemagne redécouvre à un demi-siècle de distance.

Par Antoine de Baecque