Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés.

Bonne lecture.

Casser Enigma

Avec Imitation Game, Morten Tyldum dresse le portrait d'Alan Turing, l'homme qui décrypta le code allemand pendant la Seconde Guerre mondiale. En salles le 28 janvier 2015.

Père de l'informatique et des ordinateurs, le mathématicien britannique Alan Turing a fasciné et inspiré Bill Gates ou Steve Jobs. Un biopic1 est consacré à cet homme à l'intelligence exceptionnelle qui joua un rôle majeur - mais longtemps occulté - lors de la Seconde Guerre mondiale.

Durant ce conflit, les armées allemandes utilisent, pour transmettre leurs ordres, une machine de cryptage réputée inviolable : Enigma (cf. L'Histoire no 31). Même s'ils parviennent à intercepter les messages, les Alliés sont incapables de les déchiffrer. Et pour cause, les Allemands modifient quotidiennement le code, dont il existe près de 1,59 x 1020 combinaisons possibles.

Parfaitement conscients que casser le code est une nécessité absolue pour gagner la guerre, les services secrets britanniques regroupent à Bletchley Park, au nord de Londres, leurs meilleurs scientifiques, logiciens, linguistes, cryptanalystes et mathématiciens. Autant de talents associés pour mettre au point une machine suffisamment puissante et rapide pour décrypter chaque jour le nouveau code et permettre à l'état-major britannique de réagir.

Parmi eux, le joueur d'échecs Hugh Alexander (Matthew Goode), la mathématicienne Joan Clarke (Keira Knightley) ou le professeur au King's College de Cambridge Alan Turing (Benedict Cumberbatch). C'est autour de ce dernier que le réalisateur a choisi de construire son film. Pour montrer la personnalité complexe d'Alan Turing, sa passion pour les énigmes, sa solitude et son génie, Morten Tyldum déroule son film sur trois époques constamment entremêlées.

Celle de la guerre, d'abord, avec ses espoirs, ses désillusions et ses choix. Sa bureaucratie aussi. Avec laquelle, bien entendu, Alan Turing a quelques démêlés. Car Bletchley Park est un site ultrasensible soumis à la discipline des autorités militaires, mélange de secret défense et de convention sociale. Ainsi, la brillante mathématicienne recrutée par Alan Turing Joan Clarke n'est, dans un premier temps, pas autorisée à travailler avec lui. Ce qui conduit à toute sorte de situations, parfois absurdes, pour leur permettre de collaborer. Époque de l'adolescence d'Alan Turing ensuite à la Sherborne School et son amitié avec Christopher Morcom, passionné de jeux mathématiques comme lui, qui meurt prématurément de la tuberculose bovine. Époque du début des années 1950 enfin lorsque, suite à un simple fait divers, son homosexualité est révélée au grand jour - un crime dans l'Angleterre de l'après-guerre. Condamné à la castration chimique, le mathématicien se suicide en 1954. A l'âge de 41 ans. Il faudra attendre 2013 pour que la reine Élisabeth II le réhabilite.

M. Tyldum, Imitation game, en salles le 28 janvier.

Par Olivier Thomas
Commentaire (1)

enigma

en octobre 2005 la revue "société historique de l'Uzege "a consacrée un hors série "l'enigma polonaise en résistance à Uzes au chateau des Fouzes 1940-1942 une plaque commémorative a été inaugurée  à la meme époque la maitrise du dechiffrage par les polonais était totale depuis 1933 jusqu'en 1942 comment Alan turing peut il en revendiquer la paternité ? merci de m'en convaincre L Galli