Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés.

Bonne lecture.

Science ou récit ?

En France, les préhistoriens ne produisent que peu d'ouvrages d'épistémologie. Il faut donc signaler le livre de Sophie de Beaune, professeur à l'université Lyon-III, qui s'attache en particulier à l'évolution des techniques de la pierre. Ici, il est aussi question de chasse, d'art, de sépultures... pour une vue kaléidoscopique et par conséquent allusive sur « l'atelier du préhistorien ».

L'apprenti chercheur ainsi que l'amateur de préhistoire y trouveront d'utiles mises en garde contre des préjugés tenaces, comme l'assimilation fallacieuse des cultures archéologiques à des ethnies. La déconstruction - parfois pessimiste à force de critique - s'attaque en plus à quelques illusions positivistes, montrant la subjectivité du préhistorien à l'oeuvre dès l'étape de la fouille quand divers vestiges sont sélectionnés pour servir d'indices. D'intéressants échos apparaissent avec la pratique historienne, compte tenu de la place qu'occupe la narrativité dans l'exposé des résultats archéologiques.

--------------------------------

Qu'est-ce que la préhistoire ? Sophie A. de Beaune, Gallimard, « Folio », 2016, 379 p., 7,70 E.