Cette rubrique présente les articles approfondis de L'Histoire. Une richesse pour les historiens...

Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés.

Bonne lecture.

Les métamorphoses de Richelieu

Professeur d'énergie nationale, dictateur totalitaire ou précurseur de l'Europe des nations ? Depuis le XIXe siècle, la figure du cardinal-ministre n'a cessé d'être instrumentalisée.

Hormis Jeanne d'Arc, Napoléon et de Gaulle, rares sont les figures du passé national français à manifester autant de plasticité que le cardinal de Richelieu, qui fut le principal ministre de Louis XIII de 1624 à 1642. Dans son Testament politique, Richelieu égrenait les engagements qu'il aurait pris envers son maître : « Ruiner le parti huguenot, rabaisser l'orgueil des grands, réduire tous ses sujets en leurs devoirs et relever son nom dans les nations étrangères au point où il devait être. » Ce cahier des charges restituait une cohérence factice à une action politique [...]

Pour lire la suite (statut: Abonnés uniquement)

L'intégralité de l'article est proposée aux abonnés du magazine papier.

Article verrouillé

  • Si vous êtes abonné, identifiez-vous en haut à droite de la page afin de profiter de cet avantage.
  • Votre numéro d'abonné doit être renseigné au niveau de votre profil.
  • Si vous n'êtes pas encore abonné, abonnez-vous sur www.sophiaboutique.fr
Par Laurent Avezou
Commentaire (1)

Richelieu archevêque de Lyon

J'ai lu avec intérêt votre article sur Richelieu. Cependant, j'ai constaté qu'il s'agissait non pas du cardinal ministre mais de son frère Alphonse-Louis Du Plessis de Richelieu. Nommé par le roi Louis XIII le 13 août 1628, il ne prend officiellement le siège lyonnais que le 15 mars 1629. La gravure de  claude Goyrand le montre assis sur un trône en forme de coquillage,conduit par deux chevaux marins guidés par Neptune, armé d'un trident remontant la Saône. En arrière plan le lyonnais dont je suis reconnaît la cathédrale saint Jean que jouxte le palais épiscopal. Sur la colline de Fourvière, la chapelle de la Vierge Noire protège le nouvel archevêque qui  est depuis 1079 lporte le titre de primat des Gaules. Bernard Lapalu enseignant à Lyon